Le mercredi 4 novembre 2020, une assemblée-débat publique était organisée en visioconférence par notre groupe GJ Nancy Porte Sud sur ZOOM. Le thème en était : Projet de Société démocratique et Constitution. Le débat a été lancé par Sophie (citoyenne constituante et membre de notre groupe) et a été ponctué d'échanges fructueux.



(crédit photo, première assemblée des assemblées à Commercy, janvier 2019)


La synthèse

Nous avons eu la chance d’accueillir un membre du Mouvement Collectif de Citoyens en Action (MCCA) et Wikicrate blogueur et membre du collectif Les Citoyens Constituants parmi l’ensemble des débatteurs très passionnés durant les deux heures de discussion.

Pour sortir d’un système désormais à bout de souffle et devenu mortifère, un des processus nécessaires est l’élaboration d’un projet de société. Mais cette œuvre collective nécessite quelques précautions.

Pourquoi, aujourd’hui est-il indispensable de penser qu’un Projet de Société alternative et démocratique doit s’accompagner d’un travail constituant citoyen ? Telle a été la question qui a sous-tendu les échanges riches et amicaux de cette rencontre.


Au cours de ce débat, nous avions prévu d'évoquer
  • L’aspect que devrait présenter ce projet de société (format, contenu, cohérence…), en évitant le simple catalogue de revendications et sans proposer un programme politique,
  • La façon de réunir les citoyens qui veulent coopérer pour élaborer ce projet,
  • Le fait que des collectifs ont déjà écrit des projets de société ou des manifestes ; comment les connaître et favoriser les rencontres,
  • La nécessaire évolution démocratique de ce projet après éventuel changement de mode de gouvernance,
  • La nécessité de proposer une Constitution provisoire de transition cohérente avec le projet de société, sachant que, généralement, une partie des Constitutions énonce les grands principes cadres sur lesquels va s’appuyer la nation pour fonctionner.

Ouverture de la réunion, exposé de Sophie

Après un mot de bienvenue Sophie présente notre groupe GJ Nancy Porte Sud :

  • Notre objectif principal est la sensibilisation des citoyens sur un projet de société et un devenir constituant.
  • Pour cela nous effectuons des opérations "porteurs de paroles" et organisons des cafés-débats.

Puis elle expose les réflexions suivantes :

  • Nombre de citoyens ont le désir de changement, de constitution, d'organisation dans la société.
  • Les mouvements alternatifs doivent fixer les grandes lignes d'un projet et éviter un programme électoral traditionnel.
  • Les citoyens ne sont plus tentés d'adhérer aux programmes des partis.
  • Il faut donner des perspectives désirables sans enfermer le débat ultérieur.
  • Pas de programme trop ficelé, fixer les grandes directions, ne pas proposer un projet trop complet, trop complexe.
  • Porter un projet démocratique, ne plus se contenter de mesurettes face à l'urgence de l'effondrement d'un système.
  • Un projet cadre et une constitution correllée garantiront le fonctionnement et la paix.
  • Proposer un cadre légal et organique et réafirmer les valeurs et principes qui cimentent la société (justice sociale, égalité, fraternité...).
  • Déjà des collectifs (colibris, zad, climat...) existent et expérimentent.
  • Ils sont encore à la marge et peuvent subir des interdictions ou des bâtons dans les roues.
  • La convention citoyenne pour le climat n'est suivie d'aucun effet, faute d'outil constitutionnel.
  • Des collectifs ont travaillé sur des projets de société ou manifestes (Attac,Union communiste libertaire, Utopia, Mcca).

Sophie propose que le débat tourne autour de ces points :

  • un projet cadre pas trop enfermant,
  • une constitution démocratique,
  • les collectifs qui ont déjà commencé à travailler.

Elle conclut "la constitution actuelle rend les citoyens impuissants".
Le débat est lancé...


Le débat en vidéo

Evidemment le but de ce débat n'était pas de définir en 2 heures une stratégie mais d'approfondir la réflexion.
Le défi est relevé...


Quelques liens utiles

Et bien entendu le site proposé par Sophie membre de notre groupe :

Penser aussi à consulter notre blog et ses nombreuses publications parmi lesquels :



N'hésitez pas à vous abonner à notre page Facebook pour suivre nos publications !


On Est Là, On Est Là …


Les Gilets Jaunes Constituants
Les Résistants de la France Solidaire




Liste non triée des idées exprimées

  • Changer de constitution par la voie électorale est une impasse : concurrence, divison au lieu de coopération.
  • Alternative, l'insurrection "pacifique", un grand mouvement de désobéicence civile, citoyens favorables au changement de constitution.
  • Tant qu'on n'est pas des millions on n'obtient que des miettes.
  • Collaboration avec tout le monde sur une constitution désirable, non clivante, permettant le débat loyal.
  • Urgence d'une feuille de route.
  • Une devise ; équité, bienveillance, solidarité.
  • Comment on peut amener des millions de personnes à l'insurrection et la désobéisance civile ?
  • Pour une majorité du peuple, avec le système social qu'on a, finalement la vie ne va pas si mal que ça.
  • Comment se former, s'informer avec un système médiatique tenu par les milliardaires ?
  • Le système de vote est fait pour "dézinguer" les consensuels et favoriser les extrèmes.
  • 2 chambres au parlement, sénateurs (élus par les maires) et députés (élus par le peuple).
  • S'investir localement pour avoir des maires favorables au changement.
  • Constitution actuelle faite pour assurer la stabilité du pouvoir.
  • L'exécutif et les instances de contrôle sont des personnes nommées (non élues).
  • Le président a des pouvoir énormes et les assemblées ont dans les faits très peu de pouvoir.
  • La constitution actuelle ne peut amener qu'à la dictature.
  • On n'a plus le droit de vote, le dernier vote des citoyens (2005) a été balayé par les assemblées (article 89 de la constitution).
  • Quels possibilités ? légalement aucune, par la révolution aucune, les médias inaccessibles...
  • Quelle stratégie pour mettre en place une constitution ?
  • Soumettre un projet aux citoyens, détourner les élections pour voter pour une nouvelle constitution et non pour élire un candidat.
  • Ceux qui croient encore aux partis vont élire, ceux qui veulent une nouvelle constitution vont voter.
  • Les bulletins seront nuls mais comptabilisés et le nombre pourra mettre à mal les gouvernants.
  • S'organiser en maillage local, départemental, régional.
  • Courcircuiter les élections en présentant une personne (liste de personnes) qui va porter ce projet cadre.
  • Sa seule mission organiser un référendum pour choisir une constitution provisoire.
  • Réticence : personalisation, compétition avec les autres candidats, risque de division.
  • Présenter une idée, on vote pour une idée et non pour une personne, si on obtient une majorité au 1er tour ils seront bien embêtés.
  • Débat... c'est là le grand débat !
  • Tout ça est prématuré, il y aura beaucoup d'autres étapes avant.
  • Commencer par des toutes petites étapes.
  • La plupart des gens n'ayant pas accès au pouvoir ou à l'expression ne s'intéressent pas à ce qu'est une constitution, à quoi ça sert.
  • Le début vient en réveillant petit à petit les consciences en montrant le recul de la liberté d'expression (exemple sur la Covid).
  • Les gens qui sont dans la survie ne pensent pas à un nouveau système politique.
  • Avoir 2 stratégies simultanées, une pour les gens en survie, une pour les gens en recherche d'un autre système.
  • On ne pourra pas faire la même chose avec tout le monde.
  • Viser différents publics, certains auront peur de perdre la stabilité donnée par la constitiution actuelle.
  • Commencer petit avec le maillage issu des gilets jaunes, par le local, les mairies (36000 communes).
  • Penser que l'élection est une solution c'est faire trop confiance à l'ologarchie.
  • En cas de victoire ils sont prêts à tout : ne pas reconnaître le vote, pressions énormes sur l'élu, lui faire peur, le faire renoncer à sa promesse.
  • C'est une erreur de se disputer trop tôt sur cette question là, il faut être en capacité d'être nombreux, créer un rapport de force.
  • A ce moment là seulement on pourrait utiliser l'élection ; si on le décide !
  • Pour que l'armée change de camp (en cas d'insurrection) il faut des millions de personnes.
  • La constitution provisoire permet d'éviter le chaos et que chacun sache que leurs conditions de vie ne changeront pas.
  • La stabilité sera assurée par cette constitution désirable, y compris pour les policiers, les militaires...
  • Il faut que tout soit mené en parallèle.
  • Si on veut être le nombre, il faut être de petits groupes à la base.
  • Il faut s'unir sur le besoin de changement, donner de l'espoir au gens et se mailler, se coordonner.
  • L'idée de représentants divise, il faut reporter ce choix dans un an.
  • Ces débats ont déjà eu lieu et ont abouti à la création de MCCA.
  • MCCA propose un paquage pour donner une plateforme au peuple, pour amener les gens à se regrouper.
  • Pour faire que l'on soit plus nombreux il faut s'interrogeR sur ce qui nous a fait nous-même transitionner vers cette prise de conscience.
  • Comment l'ammener chez les gens sachant qu'on n'a aucune entrée dans les médias.
  • Peut-être créer des médias sur internet pour le moment.
  • Dans son entourage (familial...) on voit que les gens ne sont pas intéressés et n'arrivent pas à faire le diagnostic.
  • De là à leur demander de lire une constitution, savoir si c'est bien ou pas ?
  • Il n'y a pas que la constitution, il y a la question du projet (exemple, tract "Ce que nous voulons" de GJ Nancy Porte Sud)
  • Ca nous parle à nous, mais tant que les gens n'ont pas fait le diagnostic ça ne les intéresse pas, ils voteront comme ils ont toujours voté.
  • Par exemple reprendre le contrôle de la monnaie, ils diront pourquoi ? l'Euro c'est pas biens ?...
  • Le choix d'une constitution provisoire doit être fait avant l'insurrection pacifique pour garantir l'absence de chaos.
  • Il faut arriver avec un paquage de mesures constituantes, le RIC est un élément du paquage mais ça ne suffit pas.
  • S'il n'y a pas autour tout l'écosystème qui garantit des libres débats, une information libre pour les citoyens, il pourrait être aussi utilisé par l'oligarchie, par les grands médias, comme une arme contre les citoyens.
  • En même temps que le RIC il faut imposer le contrôle des médias, imposer la monnaie, imposer l'indépendance des pouvoirs.
  • La constitution doit permettre d'assurer le processus constituant démocratique.
  • L'opération article 3 est une très bonne initiative, un moyen de pression si on a un groupe de 40 personnes par circonscription.
  • Si le même jour tous les députés reçoivent une délégation de 40 personnes leur demandant d'inscrire le RIC dans l'actuelle constitution, ça fait 24.000 personnes sur le territoire.
  • Si les médias sont prévenus, c'est un moyen de pression pour déclencher un référendum d'initiative partagée (cf ADP).
  • Utiliser notre constitution actuelle pour la changer, c'est aussi une piste qu'il ne faut pas délaisser.
  • L'oligarchie va vite : déploiement de la 5G, lois surveillance, lois contre la diffusion d'image des policiers...
  • Mise en place de tous les outils pour nous contrôler complètement, définitivement et de façon inéluctable : il y a urgence !
  • Les gens non avertis disent on en est pas encore là, on en est encore loin.
  • N'est-ce pas cet abus de lois liberticides qui va finalement faire descendre les gens dans les rues ?
  • L'oligarchie va peut-être apporter la solution en abusant...
  • C'est un pari... c'est l'histoire de la grenouille... les gens acceptent, c'est quand même fou... il y a du travail à la base...
  • La crise amène à réfléchir, les gens ne sont pas bêtes, il y a un espace démocratique, il y a un travail de fond mais restons positifs.
  • etc...

On vous invite quand même à regarder la vidéo !